Le dôme - un panthéon bavarois (1)

La coupole qui subsiste dans sa forme d'origine, fortement inspirée du Panthéon romain, est sans doute un des aspects les plus impressionnants du dôme. Il est composé de six cercles concentriques de caissons, couronnés par un septième cercle formant le sommet de la coupole et terminé par une rosace stylisée, en forme de soleil rayonnant. Il renvoie à la symbolique des nombres du début du christianisme : le chiffre 7, nombre sacré, est probablement utilisé pour suggérer au visiteur la création et l'éternité. Construction  caissons

(4) Construction à caissons de la coupole
Le dôme qui a servi de modèle, le Panthéon de Rome, était depuis 27 av. J.C. (Marcus Agrippa) le temple de toutes les divinités jusqu'à sa transformation, en 608/610 ap. J.C., par le pape Boniface IV, en église chrétienne (Sainte Marie des Martyres): Il devenait lieu d'adoration du Dieu unique. Il servit à l'origine de sépulture aux martyres chrétiens, et plus tard, à des artistes célèbres et des rois italiens. Depuis la Renaissance, le Panthéon romain a acquis une forme d'exemplarité, et c'est la raison pour laquelle son architecture a inspiré la construction des grands temples de gloire européens. Dans le Panthéon romain, la lumière du soleil était perçue et utilisée comme „le grand régulateur". A la manière d'un cadran solaire, les effets d'ombre aidaient, pendant l'équinoxe, à calculer l'écoulement du temps. Mellinger reprit cette idée en orientant son dôme sur les quatre points cardinaux en répartissant 24 caissons (pour 24 heures) dans chaque cercle.

Sol cosmat  - Cliquez sur l'image pour l'agrandir (58 KB) En réplique à la voûte, Mellinger orna le sol du temple de gloire, haut de 32 m, d'une mosaïque précieuse incrustée de matériaux de provenance diverse (Italie, Autriche, Belgique, Bavière) dans le style des „cosmates", qui tirent leur dénomination du nom d'un marbrier, "Kosmas", vraisemblablement venu de Byzance à Rome.
(7) Sol cosmate de "style italien" *
Un groupe de constructeurs et de décorateurs experts dans l'art d'intégrer aux murs, sols, colonnes, etc. des mosaïques en marbre de toutes les couleurs (incrustations) ont, entre le XIIe et le XIVe siècle créé cette nouvelle technique appelée "art des cosmates". Leurs épigraphes portent fréquemment le nom de "Cosmas".
Mellinger s'en est probablement inspiré au cours d'un voyage en Italie en 1903 qui l'a mené entre autres à Florence, Ravenne, Bologne et Venise.
On peut encore admirer, dans de nombreuses églises italiennes, l'influence des sols "cosmates", et en retrouver les thèmes principaux sur le sol de la salle de la coupole, où 5 cercles, disposés en croix, sont reliés les uns aux autres par des frises en volutes. Le centre du sol cosmate est le soleil avec douze rayons clairs symbolisant le jour et douze rayons sombres représentant la nuit. Les quatre autres cercles reliés au soleil représentent les quatre points cardinaux et les quatre vents, qui symbolisent le monde.
Temple de gloire - Cliquez sur l'image pour l'agrandir(58 KB) 1910 - 1993 Salle de la coupole restauree - Cliquez sur l'image pour l'agrandir (50 KB)
(6) Temple de gloire en 1910, côté Hofgarten avec statue du Prince Régent et bustes de rois * De 1910 à 1993
(une animation)
(5) Salle de la coupole restaurée, côté Hofgarten *
Le sol cosmate est entouré d'arcades à colonnades supportées par 12 colonnes de marbre rouge (chapiteaux composés d'éléments ioniques et corinthiens) dans chaque direction. Le nombre 12 pourrait représenter les douze apôtres, le tout début de la communauté chrétienne. La rampe de fer forgé de l'escalier entre le vestibule et la salle de la coupole (unité cubique), richement décorée de poissons et cornes d'abondance parachève la représentation par les quatre éléments de l'unité dans l'espace et de l'idée cosmique des débuts du christianisme: l'eau (poisson), la terre (corne d'abondance), le feu (le soleil dans la salle de la coupole) et l'air (les quatre cercles représentant les quatre vents dans la salle de la coupole).
Chapiteau - Cliquez sur l'image pour l'agrandir (40 KB) Rampe d'escalier - Cliquez sur l'image pour l'agrandir (61 KB)
(9) Chapiteau composé d'éléments ioniques et corinthiens * (8) Rampe d'escalier en métal richement décorée avec symboles de poissons et de cornes d'abondance *
Mellinger a su représenter la symbolique moyenâgeuse de la création du monde de l'espace et du temps telle qu'elle figurait dans l'architecture italienne primitive. Il est également parvenu à intégrer à l'architecture la vision cosmique des trois mondes différents, qui était celle de l'homme des début du christianisme : la lanterne qui couronne la coupole symbolise le cosmos supérieur (civitas dei - le paradis), la salle de la coupole située au-dessous, le monde du cosmos moyen (civitas terrae - le monde des hommes) et la crypte, prévue à l'origine, mais qui n'a toutefois pas été réalisée, le cosmos inférieur (civitas mortuorum ou encore civitas diaboli - le monde des morts).

(*: Cliquez sur les images pour les agrandir, s'il vous plaît!)

retour
Préface
Table des Matieres
Table des Matières
 Le dome
Le dôme (2)